Humeurs

Sentiment d’un dimanche soir

22h10. Je devrais commencer à me diriger vers mon lit pour aller dormir. Le réveil de 5h55 va être rude sinon. Mais non. Je préfère rester là, enveloppé dans ce plaid qui me réconforte, avec l’odeur de ma bougie préférée. Celle qui m’accompagnera tout l’automne. Je préfère continuer à regarder mon film, même si je le connais déjà et que je sais que ça ne m’apportera rien de plus.

Je reste là, à essayé de penser à autre chose, à essayer de me réconforter. Pourtant je suis fatigué, épuisé. Il faut dire que ces derniers mois non pas été de tout repos. Je pensais quand même être passé à autre chose, je pensais avoir mis ma tristesse de côté. Je pensais qu’elle c’était tout simplement apaisé. Mais il semblerait tout compte fait qu’elle ce soit juste bien imprégné dans tout mon être.

Impossible pour moi d’avoir la moindre patience. Je perd tous mes moyens à chaque tracas. Je m’énerve pour rien, souvent sur mes proches. Même si j’essaye de faire au mieux et de ne pas m’en prendre à eux. Pourtant, il y n’y a pas eu que du négatif depuis ce mois de mars. Enfin, je croit. Enfin, peut-être, que non finalement en y réfléchissant. Juste ce déménagement, certes dans un appartement largement mieux, tellement plus beau et plus calme. Mais en faite, il n’y a eu que ça.

Alors ce soir, j’ai encore perdu mon sang froid, je me suis encore énervé vraiment pour rien, car cette patience que j’ai mis très longtemps à retrouver à tendance on dirait, à me fuir. Et ce soir, je me sens mal, d’avoir montré mon agacement non justifié auprès de ma mère. Ce soir je suis toujours autant épuisé. Même si, je le sais, j’aurais tous simplement dû aller dormir.

J’essaye de comprendre ce qui réellement ne vas pas. Je n’arrive pas. Je me souviens encore lorsque ma psy m’a tout simplement fait comprendre dans quel état émotionnel je me trouve. Sur le coup, je me suis dit « mais triste de quoi ?! ». Pis finalement, un décès, des déceptions sentimentales, des projets repoussés, une reconversion en stand-by… Rien de tous ce ne j’avais pu prévoir ne c’est passé ou ne ce passera cette année. Ces seules choses qui auraient pu réellement me changer les idées face à ces coup dure qui eux n’étaient pas prévu.

Alors oui, je le sais il faut garder le sourire malgré tous, car « tous va bien ». Je ne suis pas malade ou je n’ai pas de « grosses difficultés ». J’ai un appart, un CDI.. le schéma de vie de notre société. Et que peu de personnes peut comprendre que ça ne permet pas à certain d’être épanouis dans leurs vies. Et en effet, moi ça ne m’apporte rien. Mais malgré tout, j’essaie de me réconforter grâce à ce bel appartement. J’ai pas particulièrement de fierté a avoir car il ne m’appartient pas. Mais au moins, il me permet de me sentir un peu mieux. Mieux que dans mon précédent en tout cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *