Mood

Passage à vide ou simple erreur ?

Bientôt 8 mois que j’ai décidé de me laisser porter. Par lui, avec lui. Mais voilà au bout de quelques mois, les questions arrivent déjà. Face à une attitude sûrement trop passive, je m’interroge. Sur la manière dont une relation doit se passer, s’il y a réellement un mode d’emploi, une manière à suivre. Est-ce moi qui ne sait plus comment on doit agir lorsqu’on est en couple ? Est-ce moi qui en demande trop ? Est-ce lui qui est trop passif ? Est-ce qu’il me considère vraiment ? Est-ce que je fais partie de ses priorités ?

Tant de questions qui me font cogiter. Voilà bien longtemps que je n’avais pas passez d’aussi mauvaises nuits. Avec des réveils nocturnes. Des ruminations à deux heures du matin. De l’attente de messages qui ne viennent pas. La distance sépare-t-elle vraiment les gens ? Normalement, il devrait ressentir du manque. Enfin je ne sais pas. Je ne sais plus. On dit que l’amour ne se prouve pas. Enfin il y a deux discours. Il est vrai que les « Je t’aime » à longueur de journée, c’est parfois trop (à mon goût). Mais, encore faudrait-il qu’il n’y ai pas la peur de le dire, de l’entendre. Comment réagir, comment agir lorsque la personne en face de nous à peur de dire ces trois mots, et encore plus de les entendre ? Je ne sais pas comment me comporter face à lui qui n’est pas démonstratif, qui me confirme que oui je lui manque, mais qui ne me le fait pas savoir. Qu’il dit qu’il pense à moi parce que je lui envoi des messages, comment interpréter ça ? Une impression d’ironie pour cacher son malaise peut-être ? Mais cela créé aussi en face de l’inquiétude. Ce dire que c’est grâce à nos attentions qu’on pense à nous.. ça fait mal non ? En tout cas, pour ma part, je croit que ces paroles ont du mal à être acceptées. En faite elles me font mal. Rajouté à cela le fait qu’il est occupé. Très occupé. De part le travail, de part sa présence auprès de sa famille, de ses amis. Ca se comprend, mais au bout de huit mois, est-ce normal d’avoir l’impression de ne pas être une priorité ?

J’ai l’impression que cette situation ce répète continuellement. L’impression de rencontrer des personnes pour qui je ne suis pas la priorité. Est-ce moi qui en demande trop en souhaitant avoir des nouvelles souvent, en souhaitant que la personne réclame à me voir dès qu’elle le peux, en souhaitant avoir des attentions un peu différente qui montre l’affection qu’on peut me porter ? Est-ce que j’en demande trop ?

Malheureusement cette situation ce répète, ma réaction aussi. J’encaisse. Je rumine. Je m’énerve dans mon coin pour ne pas froisser la personne. Sûrement par peur de la perdre. Enfin c’est certain même. Mais maintenant j’ai plus envie de garder les choses pour moi. Mais il s’agit pour moi d’une vraie épreuve quand il s’agit de vider mon sac. De lancer des sujets de conversations peu sympathique, dont je sais qu’il voudra fuir. Et puis comment la lancer ? Par quel moyen ? Au téléphone ou par message ? Ou attendre de le voir ? Mais cette option dans le cas présent, ne pourra ce faire que dans beaucoup trop de jours. Le fait de ne pas savoir la prochaine fois que je le vois n’aide pas. Alors ce coup-ci, je n’ai pas envie d’attendre pour lancer le sujet. Mais est-ce que cela va être bien pris, bien interprété ? Dans tous les cas, je crois qu’il le faut quand même afin de ne pas me bouffer la vie et de profiter de ma dernière semaine de vacances. Car la chose que l’on peux me dire le plus, c’est de ne pas me gâcher la vie pour quelqu’un. Ce qui est vrai je le conçoit. Mais il reste quand même bien difficile de ne pas ce focus sur ça lorsque ça nous arrive. Donc en plus de réfléchir sans cesse, j’ai une boule au ventre. J’ai peur. De ce que je peux dire. De comment ça peut-être interprété. De savoir comment ça va aller. Ou pas d’ailleurs. Pourquoi c’est si compliqué ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.