Mood

After 2 years …

2 ans.

Voilà 2 ans maintenant que je ne suis plus retourné dans un aéroport. Deux ans depuis que le Covid est arrivé en Chine et qu’il n’as ensuite pas tardé à arriver partout. Deux ans que je n’ai pas pris l’avion. Deux ans que je n’ai pas voyagé.

Ça me fait bizarre de revenir à Charles De Gaulle. Même si je n’étais pas la plus habitué du fait que mes voyages restait quand même assez peu fréquents. Il faut dire qu’en 2019, j’avais réussi à faire beaucoup de choses. Dont 3 voyages. La Sicile, New York et Stockholm. Je me souviens encore de la pensé que j’ai eu en voyant le tarmac après avoir atterrit à Paris au retour de Stockholm : « A l’année prochaine CDG ! ». Je n’étais même pas encore descendu de l’avion, que ma seule hâte était de remonter dans un nouveau… La suite nous la connaissons : Covid, confinement, fermetures des frontières, restrictions… J’ai aussi eu des empêchements personnels. Mon travail qui me contraint de prendre des congés seulement 6 mois dans l’année. Un déménagement en 2020. Le manque d’occasion pour programmer un beau voyage. Et j’avoue, l’inquiétude quand même de la situation.

Et deux ans après me voilà de retour a CDG. Mais malheureusement simplement pour prendre un TGV. C’est fou comme cette atmosphère me manque. Simplement voir les avions au sol me mets des étoiles dans les yeux, tout en me serrant le cœur. J’ai toujours cette sensation que ma place est ici. Mais la situation me bloque en même temps. Vivre de l’aéronautique parais compliqué en ces temps de Covid. Le secteur a été touché de plein fouet. Et dans le fond, je crois qu’il n’y a que ça. Seulement ça que je veux être en dehors de mon statut de comptable. Seulement ça si je dois quitter mon entreprise. Je le répète depuis longtemps maintenant : si je quitte ma boîte c’est pour changer de taff. Pendant longtemps je ne savais pas quoi faire d’autre. Et depuis deux ans que j’ai l’impression d’avoir enfin trouvé ma voie, je me dit que si je quitte mon entreprise c’est pour finir dans les avions ! Et être de retour à CDG me confirme encore cette envie.

Alors voilà, deux ans après ça me manque toujours autant. Je suis frustré aussi. Notamment quand je vois tous ces gens qui voyagent. J’aimerais être à leur place. Je prend mon mal en patience. Je m’imprègne de l’ambiance. Et pour une fois j’observe les gens. Essaye de savoir d’où ils viennent ou alors de savoir où ils vont. Je patiente. Ça sera mon tour. Peut être que la vie d’avant reviendra, les masques, les PCR et les vaccins en plus. Peut être que ça m’inquièteras moins. Peut-être qu’il y aura moins de risques. Peut-être que cela me semblera plus simple. Car ça a l’air tellement simple en regardant tout ces voyageurs… Il me faut être encore un peu patiente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.